10 ans dèjà

Eric Tabarly


Il n'est écrit nulle part que les grands hommes aient droit à un traitement spécial quand ils vont en mer. Il n'est écrit nulle part, parce qu'un coureur au large qui a défié la mer et la mort durant des décennies ne puisse pas être cueilli par une vague. Il n'est écrit nulle part qu'un marin qui entendait naviguer sans s'embarrasser d'un fatras technologique n'ait pas droit à cet ultime coup de pied du destin : mourir faute de capacité d'alerte. Il n'est écrit nulle part qu'Eric Tabarly devait mourir dans son lit. Il est mort comme Dominique Guillet, Daniel Gilard, Olivier Moussy et beaucoup d'autres skippers, tombés à l'eau sous les yeux de leurs équipiers.

Après tant de défis, tant de tempêtes, cinq cap Horn en course, des centaines de milliers de milles sur toutes les mers du globe, des démâtages et deux chavirages, cette fois il n'a pas eu droit à l'erreur. Ce marin visionnaire qui soutenait les efforts d'Alain Thébault dans la mise au point du bateau volant "l'hydroptère" est mort comme un marin de la marine en bois, comme un matelot d'autrefois. Ce paysan de la mer est mort à la tâche, arraché à un bateau qu'il avait ressucité deux fois, apportant sans la savoir une dernière touche à une légende construite sans le vouloir.

Eric Tabarly ne ressemblait pas à cette espèce d'ours breton taiseux et buté, ce marin d'almanach qu'on imagine trop souvent. Breton, il l'était par ses ascendants. Pour le reste, cet homme simple n'entrait pas dans les cases connues de la simplification générale. Il est né à Nantes en juillet 1931, a passé son enfance à Blois et ses vacances à Préfailles, qui n'est pas du côté breton de l'estuaire de la Loire.

Il n'était pas vraiment d'Armor, mais sûrement de la mer. Sur les photos de famille, on le voit, frimousse épanouie du haut de ses 3 ans, barrer "Annie", le premier voilier de son père Guy. Tête de bois, mauvais élève et sportif d'exception, il s'est engagé dans l'aéronavale à 21 ans, il a appris à piloter les Lancaster au Maroc et passé un an à survoler l'Indochine. Taiseux, cet aîné de quatre enfants ne l'était guère, si vous l'invitiez à parler d'avions, de montagne et bien entendu de bateaux. Ce timide n'avait rien d'un intellectuel, mais il possèdait une culture encyclopédique de la marine à voile et une compétence extraordinaire en architecture navale.

Entré à l'Ecole Navale sur le tard et à son deuxième essai, il a convaincu son père de faire de lui le quatorzième propriétaire de "Pen-Duick", un cotre en mauvais état que Guy Tabarly avait acquis en 1938. C'est ainsi que la saga commence. Le jeune enseigne donne une nouvelle coque à son antiquité et apprend à la manoeuvrer comme une bicyclette. Puis il va courir chez les Anglais et décide de s'inscrire à la transat en solitaire, une course dont le réglement tient en trois mots : un homme, un bateau et l'océan. Découvrant qu'il peut mener seul un voilier bien plus grand que le 10 mètres sur le quel il s'entraîne, il fait dessiner et construire "Pen-Duick II" par son ami Gilles Costantini à la Trinité-sur-Mer. Et il prouve que la légéreté peut rimer avec efficacité. Tabarly a 32 ans. En battant Chichester, en donnant une victoire maritime à la France, il entre subitement au Panthéon d'une génération optimiste, en compagnie de De Gaulle, de Bardot, à coté du France et du Concorde.

Mais lui, tout décoré de la Légion d'Honneur qu'il soit, rien ne le détourne de son cap : il invente des bateaux, gagne des courses, convertit les Français à la plaisance, inspire les plus grands marins français, impressionne Kersauson et Poupon, Jean-Louis Etienne et Titouan Lamazou, place la France en tête de la course millénaire à la vitesse à la voile, fait la une des journaux, descend les Champs-Elysées, défend le Musée de la Marine, occupe les meilleures places dans le classement des personnages préférés des français. Et m algré tout cela, il reste le même. Ni yachtman, ni baba, il ne porte pas à la mer une once d'amour romantique : il aime les bateaux, ce qui n'est pas la même chose. Il habite son rêve dans sa longère à toit de chaume des bords de l'Odet et pousse dans leurs retranchements tous les voiliers qui lui tombent sous la main.

Cet homme tout d'un bloc croisait au large de la vanité. Il ignorait le bavardage et le deuxième degré, les jeux de cour et le goût du pouvoir. Cet athlète n'a pas changé d'une miette en prenant des rides. Il n'a pas converti sa célébrité en liquidités, ni son image en fortune. Cet homme étonnant est parti avec son secret.

Tabarly avait réconcilié les Français avec la mer en leur faisant croire qu'ils étaient meilleurs sur l'eau que les Anglais. Il a disparu le 13 juin 1998 dans les eaux anglaises, à bord d'un cotre britannique dessiné par un Ecossais de génie. Cet ultime pied de nez conclut une vie de laboureur des vagues.

(D'après l'Express juin 1998)

Palmarès

 

1997
sur Aquitaine Innovations

Vainqueur du Fasnet
Vainqueur de la Transat Jacques Vabre

1987
sur Cote d’Or

2ème dans la Transat Le Point Europe1

1984
sur Paul Ricard

3ème dans la transat en solitaire

1980
sur Paul Ricard

Record de la traversée de l’atlantique en 10J, 5h, 14mn, 20s

1976
sur Pen Duick VI

Vainqueur Transat en Solitaire

1972
sur Pen Duick III

Vainqueur de la TransPac

1971
sur Pen III réarmé en sloop

Vainqueur de Falmouth-Gibraltar
Vainqueur de la Middle Sea Race

1969
sur Pen Duick V

Vainqueur de San-Francisco - Tokyo

1967
sur Pen Duick III

Vainqueur du Tour de Gotland,
Vainqueur de la Channel Race, du Fasnet
Vainqueur Sydney-Hobart,
champion du RORC en Classe 1

1966

Vainqueur de la course Oyster Bay/ Newport

1964
sur Pen Duick II

Vainqueur de la Transat en solitaire


Commentaires (1)

1. JF Meunier 2008-06-25

J'ai eu l'honneur de connaître Eric Tabarly dans la Marine. Je confirme l'hommage qui lui est fait ici. C'était un homme exceptionnel, qui impressionnait par sa seule présence, on sentait que "c'était pas du bidon".
Physiquement c'était "une bête", j'ai pu le vérifier au cours d'un stage commando. Il était difficile d'accès, car sans doute timide, et il ne parlait jamais pour ne rien dire, ce qui fait qu'il parlait peu. Je n'ai jamais eu la chance de naviguer avec lui, dommage.
Il reste pour moi l'un des rares hommes dont l'existence a changé la vie de beaucoup d'autres, c'est pour cela que sa disparition a laissé un grand vide. JF

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau