Volvo Race avec CAMMAS

VOILE - VOLVO OCEAN RACE

Un départ en deux temps pour l'Aixois Franck Cammas

Publié le dimanche 19 février 2012 à 10H22

Le départ de la 4e étape de la Volvo Ocean Race a été donné ce matin à 7 heures (14 heures, heure locale) dans la baie de Sanya, la ville la plus au Sud de la Chine

190212, Volvo Ocean Race 2012, Sanya(China) ville de départ de la 4eme étape direction Auckland(New-Zealand), Départ étape4,start leg4

Le départ de la 4e étape a été donné à 7 heures ce matin (14 heures locales) dans la baie de Sanya en Chine.

Photo Yvan Zedda

Le départ de la 4e étape de la Volvo Ocean Race a été donné ce matin à 7 heures (14 heures, heure locale) dans la baie de Sanya, la ville la plus au Sud de la Chine, sur l'île tropicale de Hainan. Les six bateaux, dont Groupama 4, barré par l'Aixois Franck Cammas se sont élancés sous un soleil radieux et par une légère brise venant de la terre. Après avoir raté son départ, Cammas est revenu dans le jeu et occupait la 2e place à 9h15. Mais, dans les heures qui viennent, tout le monde sera de retour au port.

Une mer avec des creux de 8 mètres

En effet, plus au sud, la tempête fait rage. Une dépression tropicale soufflant à 40 noeuds lève une mer avec des creux de 8 mètres dans le détroit de Luzon. Aujourd'hui la flotte se contente donc d'un parcours côtier de quelques heures. Elle a passé la statue du bouddha Guanyin à 9h10 et reviendra d'ici deux ou trois heures. La course sera neutralisée et les bateaux repartiront dès que possible en conservant les écarts constatés à l'arrivée à Sanya."Nous avons pris cette décision d'après les conseils météo reçus de nos experts au QG d'Alicante et des experts des équipes, a déclaré hier Knut Fostad, le directeur général de la course.

Ils sont tous convaincus que les conditions seront dangereuses jusqu'à 12 à 18 heures après le départ, avec des vagues qui pourraient casser les bateaux s'ils devaient les franchir. La direction de course aura pu aussi bien laisser les bateaux à quai aujourd'hui et ne donner qu'un seul départ, demain. Mais les impératifs en termes de médias et de relations publiques étaient trop importants pour tout annuler aujourd'hui.

De graves avaries lors de la dernière édition

Les problèmes rencontrés par la flotte dans cette zone pendant la dernière édition de la course sont forcément présents dans l'esprit des organisateurs. La plupart des bateaux avaient alors souffert de graves avaries - on avait même parlé de "carnage". Cette édition 2011-12 a d'ailleurs déjà eu son lot de complications avec les abandons de Team Sanya, Abu Dhabi Ocean Racing et PUMA Ocean Racing sur la première étape pour dégâts matériels. "C'est vrai que la mer sera très forte au large, explique Franck Cammas, le barreur de Groupama 4. Dans ces conditions de navigation, même dans un vent qui reste maniable, la prise de risque est importante de voir un bateau démâter. Lors de la dernière édition de la course, il y a trois ans, aucun bateau n'était sorti indemne de cette zone. Et puis il ne faut pas oublier non plus la première nuit de course au départ d'Alicante lors de laquelle Abu Dhabi avait démâté. Avec six concurrents en course, l'organisation ne peut se permettre d'envoyer les bateaux tirer des bords dans de telles conditions météo, si près des côtes. Le risque est réel. En retardant d'une vingtaine d'heures le départ pour Auckland, le vent ne soufflera plus qu'entre 25 et 30 noeuds et le creux des vagues aura baissé de deux mètres. Ce sera sportif mais nous ne serons pas en survie"

C'est donc pour éviter le pire du sud de la mer de Chine, les 700 premiers milles entre Sanya et le détroit de Luçon, que le début d'étape est modifié. Mais une fois ce piège dépassé, le reste de l'étape, jusqu'à Auckland, restera compliquée. "C'est une zone dynamique par nature," explique Gonzalo Infante, le météorologiste de l'organisation. "Des tropiques à la Tasmanie, les systèmes météo évoluent vite. Ce sera l'une des étapes les plus tactiques jusqu'à présent avec de nombreuses options possibles." Juste après Luçon, il faudra choisir entre nord et sud pour traverser la mer des Philippines. L'anticyclone actuellement au dessus de la Chine se déplacera vers l'est, apportant des vents faibles et une possible compression de la flotte. Laquelle cherchera à accrocher les alizés du Pacifique Nord, qui sont instables et influencés par les îles des Philippines, de Papouasie - Nouvelle Guinée et d'Indonésie. Obstacle suivant : le Pot-Au-Noir, poussé au sud par la mousson du Pacifique Nord. Cette zone instable, ponctuée de grains et de vents faibles et instables autour des iles Salomon, est large de cinq à 10 degrés.

La météo : un véritable casse-tête

Les Volvo Open 70 devront ensuite franchir la zone de convergence du Pacifique Sud (SPCZ). Ce front permanent agit comme une extension du Pot-Au-Noir et peut en compliquer la sortie. 2012 est une année affectée par le phénomène La Niña : la température de l'océan est plus basse que d'habitude, ce qui atténue cependant l'effet de cette zone. Les Fiji dépassées, les concurrents navigueront à l'est de l'Australie en pleine saison des ouragans ! Un risque qui ne les menace pas directement, car ils pourront les repérer à l'avance et dévier leur route en conséquence, mais les conséquences stratégiques seront importantes. Enfin, il faudra traverser la mer de Tasmanie, une zone plus dynamique encore. Pas de choix tactique radical mais une météo changeante, entre tropiques et mers du Sud, pour un dernier casse-tête avant d'atteindre Auckland.

Classement général provisoire de la Volvo Ocean Race, avant l'étape Sanya (Chine) - Auckland (Nouvelle-Zélande) :
1. Team Telefónica 101 points
2. CAMPER with Emirates Team New Zealand 83
3. Groupama sailing team 73
4. PUMA Ocean Racing powered by BERG 53
5. Abu Dhabi Ocean Racing 43
6. Team Sanya 17

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 2012-12-18